Isabelle Vray-Echinard : l’amour du risque

Chez Flow Management, nous valorisons l’entrepreneuriat féminin. C’est pourquoi, nous avons décidé de mettre en valeur les femmes cheffes d’entreprise avec une série de Portraits.

J’avais très envie d’interwieuver une femme dirigeante d’une entreprise Métallurgique. C’est à Chassieu (prés de Lyon) que je l’ai trouvée en la personne d’Isabelle Vray-Echinard, qui se définie elle même comme aimant le risque. La conversation s’entame naturellement sur les à priori sociétaux.

Isabelle Vray-Echinard : « Très souvent lorsque je reçois quelqu’un dans l’entreprise on me demande à voir LE patron. En me voyant mon interlocuteur ne pense pas avoir à faire à la dirigeante. Comme mon nom n’apparaît pas dans mon adresse mail, je reçois quasiment systématiquement des messages commençant par Monsieur. Il reste encore un long chemin à parcourir pour que la place de la femme soit reconnue à la tête des entreprises.

Flow Management : « Et pourtant , lorsqu’à plus de cinquante ans, vous avez repris votre première entreprise, vous avez relevé ce défi. »

IVE : « Oui, pourtant si j’avais écouté mon entourage ,professionnel  je ne l’aurais jamais fait ! Vous savez, on vit à travers le regard des autres, et là je peux vous dire qu’il n’était pas favorable à mon projet. Mais je pense que Rien n’est impossible à partir du moment où l’envie est forte ! »

FM: « Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?»

IVE : « Je suis issue d’une famille d’entrepreneurs. Mais vous savez, si l’aîné est un garçon alors c’est lui qui reprend l’entreprise, on ne pense pas naturellement à la fille. Mon parcours est le fruit du hasard de rencontres et de main tendue . J’ai commencé dans le monde politique, puis dans celui du développement économique . J’ai dirigé un établissement de santé privé de 700 collaborateurs, dans lequel je suis resté 7 ans. Puis j’ai intégré le CNPF devenu Medef à Paris. J’avais des missions liées à l’économie, la formation professionnelle… Un jour, devant à nouveau suivre mon époux ,je discute avec une responsable syndicale qui me parle d’un OPCA (organisme collecteur paritaire agréé) auquel il fallait donner une impulsion nouvelle . J’ai accepté ce défi, jusqu’au jour où l’envie de reprendre une entreprise m’a tentée . »

FM : « Vous avez un parcours très diversifié… »

IVE : « Oui, j’aime par dessus tout aller vers l’inconnu. J’aime le changement, j’aime apprendre et déteste la routine. Cependant, j’ai un fil rouge : j’adore défendre des causes jusqu’au moment où mes valeurs ne sont plus en harmonie avec les organisations qui m’emploient. Je dis souvent que je n”ai aucun à priori,  aucune certitude, mais que j’ai des convictions profondes !

FM : « Quels sont les talents des femmes dirigeantes, selon vous ? »

IVE : « Le management des Hommes ressemble beaucoup à l’éducation. C’est pour cela que je pense que les femmes ont plus de doigté que les hommes, en ce qui concerne le management. Les femmes ont l’intuition et un intérêt marqué pour l’autre. Elles ont une meilleure écoute. Et lorsqu’elles veulent faire passer des idées, elles font en sorte que leur interlocuteur pense que c’est lui qui a pris la décision. »

FM : « Quelles sont les difficultés que rencontrent les femmes cheffes d’entreprises ? »

IVE : « Les hommes ne sont pas à l’aise avec les femmes indépendantes . Une femme patron, cela peut les désarçonner, alors ils roulent des mécaniques pour compenser. Nous n’avons pas la même relation au pouvoir que ces messieurs. Et puis, notre société fonctionne encore un peu avec les schémas de Cro-Magnon. La femme doit s’occuper de son foyer , gérer les conventions sociales , élever ses enfants, et l’homme partir à la chasse avec son gourdin et subvenir aux besoins de sa famille . Ce sont des idées reçues . Les enfants sont épanouis, si les parents sont épanouis. Une femme qui fait le sacrifice de  rester à la maison n’est pas forcément épanouie… La femme dirigeante d’entreprise doit avant tout se respecter pour se faire respecter par ses collaborateurs. Se respecter, c’est avant tout, ne pas se soumettre aux diktats sociétaux. Elle doit prendre sa place dans la société, car on ne lui offrira pas sur un plateau. Vous savez ,on ne gére pas les collaborateurs comme au vingtième siècle. Les collaborateurs ont besoin d’une relation personnalisée, sans que cela apparaisse comme du favoritisme. Pour cela, je pense que les femmes ont une communication plus fine, plus respectueuse de l’autre. »

FM : « Pourquoi y-a-t-il si peu de femmes cheffes d’entreprises ? »

IVE : « Les femmes s’autocensurent. Elles manquent de confiance en elles. Elles pensent qu’elles n’ont pas le droit à l’erreur. Du coup, elles ne prennent pas le risque de créer ou de reprendre une entreprise. Notre culture judéo-chrétienne n’admet pas l’erreur. Or c’est un élément indispensable de l’expérience et de la progression. On n’apprend pas à marcher sans tomber, ni se relever. Je dis souvent  « TEST AND LEARN ». Mais j’aimerais ajouter qu’il faut cesser d’opposer les hommes et les femmes. On doit favoriser la coexistence des uns avec les autres. Notre société va de plus en plus vers l’androgynie. Alors arrêtons la guerre des genres et développons nos complémentarités.

Lorsque j’ai repris ma seconde entreprise Classhôtel, j’ai gardé un associé. Il a 25 ans de moins que moi, est Ingénieur et ça marche entre nous car nous avons fondé notre relation sur nos complémentarités. Femme ou homme chacun a sa juste place. »

FM : « Que diriez-vous aux femmes qui veulent se lancer dans l’aventure ? »

IVE : « Tout est possible, à condition d’en avoir vraiment envie. Nos seules limites sont la santé et la force physique. »

FM : « Lorsque vous avez repris MIRIMA, vous êtes-vous faite accompagnée par des dispositifs pour la reprise d’entreprise ? »

IVE : « Je suis atypique,  j’aime le risque. Je ne suis pas capable de me faire accompagner. Il n’y a pas eu de tuilage avec l’ancien dirigeant. Pour bien comprendre l’entreprise, j’ai besoin de m’y plonger corps et âme. J’aime les situations complexes, inconnues, périlleuses même!J’ai besoin d’adrénaline. Je me lasse assez vite dés que je rentre dans une routine. Ce qui m’intéresse, ce n’est pas demain, c’est après demain ! J’ai beaucoup aimé découvrir l’ADN de mes entreprises par moi-même. C’est pour moi, la seule façon d’aller à la vitesse à laquelle j’aime aller. »

FM : « Lorsque vous êtes arrivée chez MIRIMA, comment vous êtes-vous présentée à vos collaborateurs ? »

IVE : « J’ai été transparente. Je leur ai dit que je ne savais rien, que je n’avais aucune compétence technique, mais que j’avais de bonnes compétences en gestion des organisations. Je leur ai dit que j’avais besoin de chacun pour apprendre, partager. Je leur ai dit ce que j’allais faire. J’ai parlé VRAI. . Cependant, trop de transparence peut faire peur. Parfois les salariés n’ont pas envie de savoir, car la transparence rend à chacun sa part de responsabilisation. Même si les gens ont envie d’être autonomes, ils ont aussi besoin de sécurité. Et puis, les médias ne nous aident pas. Ils donnent toujours l’image du patron prédateur et qui s’en met plein les poches  »

FM : «  pour le mot de la fin que diriez-vous aux femmes ? »

IVE : « Soyez celle que vous voulez être. Soyez convaincues de vos choix et surtout ne vous mettez jamais en position de REGRETTER DE NE PAS L’AVOIR FAIT !

FM : « Merci beaucoup pour cet échange Isabelle Vray-Echinard. »

 

Flow Management accompagne les chef(fe)s d’entreprises à trouver leur unicité et l’organisation la plus favorable à leur développement.

Nous ne vous vendrons aucune formation, aucun audit, mais nous vous présenterons une démarche adaptée à votre système. Parfois, un petit changement peu considérablement mettre de l’huile dans les rouages.

 Pour nous contacter c’est ICI

A très bientôt

A propos …

Ce que nous préférons ? Les nouvelles missions… Nous ne reproduisons jamais deux fois les mêmes process, car votre entreprise est unique. Elle mérite du sur mesure !

C’est aussi pour cela, que nous prônons le management bio-inspiré, car la nature est performante par nature. Et la conscience crée le plaisir à travers l’action éveillée. et l’action éveillée (c’est à dire que nous n’agissons plus en mode automatique, mais en utilisant notre intelligence adaptative) apporte des solutions innovantes et élégantes aux problèmes complexes.

Nous vous aidons à faire que vos collaborateurs agissent avec Grâce, que vous puissiez consommez toutes vos ressources avec Parcimonie, et que vous vous ouvriez à de nouveaux modes d’inspiration pour trouver plus que ce que vous cherchez (sérendipité).

Pour recevoir nos programmes ou constituer des programmes sur mesure cliquez ICI.

Pour Nous développer les soft kills pour management humaniste c’est important. Et c’est pour cela que nous adhérons Aux Ateliers de l’Entrepreneuriat Humaniste

Pour voir une interview de kasuo Inamori : cliquez ici

Pour en savoir plus sur notre approche de l’inconscient collectif des organisations

cliquez ici

contactez Flow Management pour connaitre notre démarche d’accompagnement et nos formations Management, performance et notre accompangement QVT : info@flowmanagement.fr ou

en appelant Donia dès aujourd’hui au 06 99 45 69 27

Belle et lumineuse journée !

Qu’en pensez-vous ? Pour laissez vos commentaires cliquez ici

Pour en savoir plus sur Flow Management cliquez ici

Pour organisez une formation gestion des émotions ou organiser une conférence dans votre entreprise cliquez ici